LES PERLES DE LA PARISIENNE

BP - Jewellery - 08    BP - Jewellery - 09    BP - Jewellery - 10    BP - Jewellery - 11

Comme toute femme élégante, la Parisienne aime se parer d’une rivière de perles. Coco Chanel et Jeanne Lanvin en étaient le parfait exemple. Mais bien avant elles, d’autres icônes se sont couvertes de ce joyaux des mers. Retour sur l’histoire mythique des perles fines et de culture.

Si les premières traces de perles (et plus précisément de coquillages perliers) remontent à 200 millions d’années environ, bien des légendes entourent le mystère de la création de ce gemme mythique qui n’a cessé de fasciner l’homme. D’après Paul-Louis Flandrin, expert Parisien en gemmologie et antiquaire en orfèvrerie et joaillerie, les Grecs pensaient qu’en s’abattant sur la mer, la foudre provoquait la naissance des perles. Les Romains, eux, pensaient qu’il s’agissait des larmes des anges. Une légende hébraïque vient appuyer cette idée, selon laquelle, les perles étaient générées par les larmes d’Eve, lorsque celle-ci a été chassée du Paradis.

En Egypte, il existe une histoire célèbre selon laquelle Cléopâtre a dissous une de ses plus belles perles pour impressionner Antoine.  « Il y avait deux perles, les plus grosses qui eussent jamais existé, l’une et l’autre propriété de Cléopâtre, dernière reine d’Égypte; elle les avait héritées des rois de l’Orient. Au temps où Antoine se gavait journellement de mets choisis, Cléopâtre, avec le dédain à la fois hautain et provocant d’une courtisane couronnée, dénigrait toute la somptuosité de ces apprêts. Il lui demanda ce qui pouvait être ajouté à la magnificence de sa table ; elle répondit qu’en un seul dîner, elle engloutirait dix millions de sesterces. Antoine était désireux d’apprendre comment, sans croire la chose possible. Ils firent donc un pari. Le lendemain, jour de la décision, elle fit servir à Antoine un dîner, d’ailleurs somptueux –il ne fallait pas que ce jour fût perdu-, mais ordinaire. Antoine se moquait et demandait le compte des dépenses. Ce n’était, assurait-elle, qu’un à-côté ; le dîner coûterait le prix fixé et seule, elle mangerait les dix millions de sesterces. Elle ordonna d’apporter le second service. Suivant ses instructions, les serviteurs ne placèrent devant elle qu’un vase rempli d’un vinaigre dont la violente acidité dissout les perles. Elle portait à ses oreilles des bijoux extraordinaires, un chef-d’œuvre de la nature vraiment unique. Alors qu’Antoine se demandait ce qu’elle allait faire, elle détacha l’une des perles, la plongea dans le liquide et lorsqu’elle fut dissoute, l’avala.» Ce récit a été conté par Pline l’Ancien dans ses écrits. Par ce geste, Cléopâtre a donc associé la perle, à la plus grande des richesses !

César, lui, se serait acheté une légion (1000 hommes) pour maintenir son pouvoir avec une seule perle, offerte par sa mère. Un geste qui, selon Pline, lui aurait permis de maintenir son pouvoir dans ses campagnes et au coeur même de Rome.

 

BP - Jewellery - 12
Bracelet Chanel – collection Sous le signe du lion (or blanc 18 carats, diamants et perles de culture). Boucle d’oreille Chanel (or blanc, diamants et perles de culture).
BP - Jewellery - 13
Bague Tasaki (à gauche) – collection Balance Signature (or jaune 18 carats, perles d’Akoya). Bague Chanel (à droite) – collection Plume de Chanel (or blanc 18 carats, diamants et perles de culture).

 

 

BP - Jewellery - 07
À gauche : bagues simple et double Mélanie Georgacopoulos – Essence (or jaune 18 carats et perles d’eau douce). Collier cascade Mélanie Georgacopoulos (argent et perles d’eau douce). À droite : bagues Tasaki et Chanel).

 

BP - Jewellery - 02
Collier cascade Mélanie Georgacopoulos (or rose plaqué argent, perles d’eau douce lavande).
BP - Jewellery - 01
Ras de cou Chanel -collection Sous le signe du lion (or blanc 18 carats, diamants et perles de culture). Sautoir Chanel (or blanc, diamants et perles de culture).

 

 

De l’Antiquité à nos jours, les perles ont joué de nombreux rôles, tantôt objets de rituels tantôt signes extérieurs de richesse. Louis XIV et le cardinal Mazarin étaient de grands collectionneurs de gemmes. À eux deux, ils ont acheté, par vanité, les plus beaux spécimens à Jean baptiste Tavernier, l’un des premiers chercheurs de gemmes qui a ramené d’Orient ces merveilles pour le Roi Soleil… Alors que la perle est lunaire.

Elle est considérée comme un signe de pureté. En France, on célèbre d’ailleurs le passage de l’adolescence à l’âge adulte en offrant le fameux petit collier de perles aux jeunes filles. Un collier signature porté (et adapté) par Gabrielle Chanel et Jeanne Lanvin, deux éternelles demoiselles qui donnèrent le ton en matière de mode.

Au fameux Bal de la Perle (Washington, Etats-Unis) donné par Mrs Draper,  certaines invitées fortunées portaient pour plus de 100 millions de dollars de perles. Une certaine Mrs Gould était d’ailleurs apparue dans une robe cousue de perles fines, d’une valeur d’1 million de dollars.

Aujourd’hui, les perles se portent en broches, bracelets, boucles d’oreilles. Le traditionnel rang de perles, seul bijou que Jackie Kennedy-Onassis portait à son cou, est réinventé. Les modeuses n’hésitent pas à mixer rivière de perles de culture et… toc ! C’est chic et sophistiqué.

 

 

BP - Jewellery - 05
Bracelet 3 rangs Chaumet Vintage – Collection privée Galerie Paul-Louis Flandrin (perles de culture, fermoir en platine orné d’un Chrysobéril avec entourage de diamants)
BP - Jewellery - 06
Boucle d’oreille Mellerio – collection Bourgeons de Lys trois perles (or jaune et perles d’Akoya). Bagues Mellerio – collection Bourgeons de Lys perle et fleur (à gauche : or gris, diamants et perle d’Akoya et à droite : or jaune et gris, diamants et perle d’Akoya).

 

 

 

BP - Jewellery - 03
Boucle d’oreille et bague M/G x Tasaki – collection Shell (or blanc 18 carats, perles d’eau douce – plume de paon).
BP - Jewellery - 04
Bracelet et négligé Mellerio – collection Bourgeons de Lys (or gris, diamants et perles de Tahiti).

Crédits :
Production : Josephine Little (Good Work Paris)
Réalisation : Zoé Hayes
Photographie : Benjamin Etchegaray
Retouches : Sarah Ford
Make-Up : Camille Siguret
Stylisme : Gwendoline Franco et Zoé Hayes
Modèles : Larissa et Angélique (Mademoiselle Agency)

Pas de commentaires

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible.

Vous pouvez utiliser les balises HTML et les attributs suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>