POURQUOI LES SOLAIRES BIJOUX ONT LA COTE CET ÉTÉ

Chaque saison, les marques rivalisent d’inventivité pour proposer des lunettes de soleil singulières qui, en plus d’être indispensables à la protection de nos mirettes, se veulent tendances, voire luxueuses. Cyprien Cervoni, opticien et responsable Grand Optical Paris-Nord, partage ses bons conseils pour craquer (sans culpabiliser) sur des montures extravagantes.Etchegaray - Lunette - #5

UN OBJET REPRÉSENTATIF VISIBLE
L’image est une dimension importante à prendre en considération aujourd’hui, car « les clients ont soif de se différencier par une pointe d’excentricité », explique Cyprien Cervoni. On comprend mieux pourquoi les solaires bijoux font un carton cette saison ! Mais peut-on, toutes, assumer ce genre de monture ? Pour cet opticien morphologue, porter des lunettes exubérantes est plus facile qu’un vêtement : « si l’on se sent gêné, il est immédiatement possible de les retirer, contrairement à des chaussures ». Petit plus, les lunettes de soleil sont, bien souvent, classiques de face. Ce n’est que de profil que l’on perçoit ses excentricités. Et puis, avouons-le ! Une femme qui achète une monture bijoux possède déjà (en majorité) une monture classique dans son dressing…

 

UN ACCESSOIRE DE MODE
Le milieu de l’optique et plus particulièrement du solaire, a changé ces dernières années explique Cyprien Cervoni. « A l’époque, nous parlions d’équipement correcteur pour des solaires, désormais nous acceptons le fait qu’il s’agisse aussi d’un accessoire, qui plus est, assumé ». Pourquoi ? Le contexte d’achat de solaires n’est pas le même que celui de lunettes de vue. L’atmosphère est plus détendu, « on vient acheter une monture bijoux comme on achète un sac à main » précise cet opticien.
Certes, des lunettes de luxe ont un coût (de 300€ à 60 000€ en moyenne), mais elles représentent un investissement sur le long terme. Ce genre de produit ne perd pas forcément de valeur, car il y a peu d’effet de mode dans ce secteur et les innovations restent minimes. Si l’on se lasse ? Cyprien Cervoni aime à préciser qu’il suffit alors, de ranger ses montures au placard quelques temps… « on finit toujours par les ressortir ! »

Etchegaray - Lunette - #6 Couleur large

Crédits
Réalisation : Zoé Hayes
Photographie : Benjamin Etchegaray

 

1 Comment

Postez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible.

Vous pouvez utiliser les balises HTML et les attributs suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>